Site Meter
Pour poser vos questions, une adresse:
entraidebibliophile @ gmail.com

Nous recherchons en permanence toute information sur les éditions des Mille et une nuit d'Antoine Galland avant 1730. N'hésitez pas à nous contacter si vous être en possession d'un volume.

vendredi 13 janvier 2012

Nouvelle année, première question : provenance royale?

Chers amis bibliophiles et lecteurs,

tout d'abord, meilleurs voeux pour 2012, que chacun y trouve son compte en livres et découvertes bibliophiles!

La première question de l'année concerne cette reliure en maroquin noir :





Le livre est un carême chrétien, tome I, publié chez Hélie Josset à Paris en 1683 (seconde édition). Cette reliure, outre quelques filets à froid, est ornée aux angles des plats et entre les nerfs d'hermines surmontées d'une couronne, a priori couronne royale.


Quelle est donc l'origine de ce livre ? Le duché de Bretagne a été rattaché à la couronne de France depuis 1532 et l'hermine est devenu symbole royal. Quelqu'un en sait-il plus?

W

3 commentaires:

Guy Barral a dit…

Bonjour
Ces reliures en maroquin noir sont souvent un problème. J'en ai trouvé avec les tranches et les fers argent et non or. Je pense à des reliures de deuil. Quelqu'un peut-il me renseigner sur ce type de reliure noir et argent?
Cela a-t-il un rapport avec les armes ? Je ne sais pas.

Wall a dit…

Eh bien voilà la solution! Je n'avais pas cherché avec l'idée de deuil.

30 juillet 1683, la reine de France, Marie-Thérèse d'Autriche meurt. Le deuil a été de courte durée, puisqu'il épouse madame de Maintenon 2 mois plus tard et reprend les divertissements. On peut donc supposer cette reliure exécutée en août ou septembre 1683.

Reste quand même deux petites question:
- pour qui a-t-on fait ces reliures?
- pourquoi mettre des hermines plutôt qu'un autre symbole.

W

Anonyme a dit…

L'hermine couronnée d'une couronne ducale peut aussi faire référence à une des familles qu'on appel des princes de Bretagne, c'est à dire reconnue par les ducs de Bretagne comme leur parent. En font parti les Assigné, les Rougé, et les Rohan, qui utiliseront l'hermine au moins au XVIIIe siècle.